Les stockages de gaz de Teréga

Accueil Nos projets Projets stockage de gaz Les stockages de gaz de Teréga

Version imprimable

Les stockages de gaz de Teréga

Teréga opère deux stockages de gaz naturel souterrains sur les sites de Lussagnet (Landes – 40) et Izaute (Gers – 32). Ils contribuent à alimenter en gaz naturel les réseaux de transport et de distribution du Grand Sud-Ouest ainsi que d’une partie de l’Espagne et du reste de la France. En 2015, ces deux structures représentaient environ 24% des capacités françaises de stockage souterrain de gaz naturel.

Le stockage de Lussagnet a été mis en exploitation en 1957, la même année que le gisement de gaz de Lacq (Pyrénées-Atlantiques – 64). Il était alors destiné à réguler la production de gaz naturel en provenance de l’usine de Lacq.

Le site de stockage d’Izaute, situé à environ 10 km du site de Lussagnet, a été mis en service au début des années 80 afin de suivre l’augmentation des besoins en gaz naturel.

Rôles des stockages souterrains de gaz naturel en France

Les stockages souterrains permettent de répondre à plusieurs besoins :

  • faire face à la variation saisonnière de la demande en gaz naturel et couvrir les pics de consommation. Si les principaux flux d’approvisionnement sont relativement constants tout au long de l’année, les besoins des consommateurs français évoluent fortement avec les saisons, la consommation mensuelle en hiver pouvant représenter jusqu’à cinq fois celle des mois d’été ;

Les variations saisonnières de consommation de gaz par rapport aux approvisionnements constants

Les variations saisonnières de consommation de gaz par rapport aux approvisionnements constants

  • assurer la sécurité d’approvisionnement du territoire ;
  • fournir un outil d’équilibrage dans la gestion des flux de gaz sur les réseaux de transport.

Les principes de fonctionnement des stockages de Teréga

Le stockage

Les stockages souterrains de Lussagnet et d'Izaute se composent chacun d'une couche géologique poreuse et perméable, située à une profondeur d’environ 500 à 700 mètres, qui constitue la roche « réservoir ».

Cette couche, de plusieurs mètres d’épaisseur, est structurée en forme de dôme et surmontée par une roche « couverture » imperméable. Essentiellement constituée d’argiles, elle permet de maintenir le gaz piégé et garantit l’étanchéité du stockage.

Principe des stockages souterrains Lussagnet et Izaute

Principe des stockages souterrains Lussagnet et Izaute

La phase d’injection

Pendant la période de faible consommation (l’été), le gaz provenant du Réseau de Transport est injecté par les puits d’exploitation dans la roche « réservoir » poreuse et perméable. Il s’y s’accumule par effet de gravité, en déplaçant localement l’eau contenue dans les pores de la roche.
Pour obtenir ce résultat, la pression du gaz doit être supérieure à celle de l’eau. Cette condition est assurée par les unités de compression situées en surface.

La phase de soutirage

Pendant la période de forte consommation (l’hiver), le gaz est soutiré par les puits d’exploitation. Il est ensuite distribué dans le Réseau de Transport afin de compléter les approvisionnements et de répondre à l’augmentation de la demande.

Cette opération de soutirage entraîne une diminution de la pression du gaz dans la roche « réservoir ». L’eau environnante reprend alors sa place initiale dans les pores de la roche.

Les puits d’exploitation

Les puits d’exploitation permettent de relier les installations de surface à la couche géologique souterraine dans laquelle le gaz est stocké, également appelée roche « réservoir ».

Ils permettent les phases d'injection et de soutirage du gaz.

Ils sont implantés sur des clusters : aires aménagées pour recevoir plusieurs puits, les canalisations associées, ainsi que les équipements nécessaires à l’utilisation des engins de forage.

Les installations de surface

Les installations de surface sont principalement constituées :

  • d’un réseau de canalisations de gaz permettant de relier les puits aux installations de traitement et compression ;
  • d'installations de traitement dédiées au gaz soutiré (le gaz injecté ne nécessite pas de traitement préalable) ;
  • d'unités de compression du gaz pour les phases de soutirage et d’injection.

Les installations de traitement et de compression sont situées sur le centre de Lussagnet et pilotées depuis sa salle de contrôle.

Unités de traitement du gaz soutiré

Unités de traitement du gaz soutiré

Avant de rejoindre le Réseau de Transport, le gaz soutiré subit trois opérations à travers les installations de traitement, afin de le maintenir aux spécifications commerciales en vigueur.

  • La déshydratation qui consiste à extraire du gaz l’eau qui l’a saturé pendant sa période de stockage.
  • La désulfuration qui permet d’extraire les traces d’Hydrogène sulfuré (H2S) présentes dans le gaz stocké.
  • L’odorisation par l’ajout de THT (TétraHydroThiophène). Cette opération est réalisée pour des raisons de sécurité ; elle permet la détection olfactive du gaz par les usagers.

Après traitement, le gaz soutiré et comprimé à une pression suffisante pour être distribué dans le Réseau de Transport.

En fin de phase d’injection, le gaz provenant du Réseau de Transport, est comprimé afin d’avoir une pression suffisante.

Le stockage souterrain du gaz naturel - Principe de fonctionnement

La surveillance des stockages

Outre les puits d'exploitation, d'autres puits sont spécifiquement forés pour la surveillance de la roche « réservoir », de la roche « couverture » et de l’aquifère. Ils permettent de contrôler en permanence :

  • la pression du gaz stocké ;
  • l'étendue du Stock de gaz ;
  • l'étanchéité et l’intégrité de la roche « couverture » ;
  • les caractéristiques physico-chimiques de l'eau en contact avec le gaz.

Caractéristiques principales des stockages de Teréga

Caractéristiques techniques des deux sites
  Lussagnet Izaute
Date de mise en service 1957 1981
Volume total de stockage autorisé (GNm3) 3,5 3,0
Volume total de stockage développé au 01/01/2014 (GNm3) 2,8 3,0
Nombre de puits d’injection / soutirage15 10
 Nombre de puits de contrôle  14  15
Débit maximal de soutirage ≈ 45 MNm3/j lorsqu’il reste environ la moitié du volume utile en Stock
Compression installée ≈ 30 MW

Stockage : les investissements de Teréga

Ces dernières années, plusieurs projets visant à sécuriser et moderniser les infrastructures de stockage et augmenter leur capacité ont été réalisés.

Plan de développement

Teréga met en œuvre un plan de développement des capacités de stockage, qui vise à :

  • accompagner le développement du Réseau de Transport et des flux transités à l’interface France-Espagne ;
  • fluidifier le marché du gaz en Europe ;
  • permettre aux clients de sécuriser la continuité d’approvisionnement dans un contexte géopolitique parfois délicat ;
  • anticiper le développement des centrales à cycle combiné gaz (CCCG) ;
  • proposer de nouvelles offres commerciales de stockage, adaptées aux nouveaux besoins du marché.

Stockages souterrains : performance et intégrité

Dans le but de garantir une gestion rigoureuse et maîtrisée des ressources naturelles, Teréga mène d’importants travaux de recherche pour développer une connaissance approfondie
des structures géologiques et des aquifères de stockage. Ces travaux font appel à des disciplines diverses des sciences de la terre (géologie, géophysique, hydrogéologie et
hydrogéochimie).

L’objectif est notamment :

  • de mettre en évidence la dégradation naturelle de composés traces présents dans le gaz naturel, par les bactéries présentes dans le sous-sol ;
  • de garantir une sécurité optimale et une étanchéité parfaite des stockages en mesurant les effets saisonniers engendrés par l’injection et le soutirage de gaz.

Par ailleurs le gaz naturel étant amené à verdir via la production et le stockage de biométhane, ou via des solutions de Power to Gas avec production d’hydrogène et de
méthane de synthèse, il est nécessaire d'en étudier les impacts potentiels dans les stockages dans les différentes composantes du sous-sol (aqueuses, minérales ou microbiologiques).
Une teneur limite acceptable en hydrogène et biométhane dans le gaz naturel injecté est ainsi définie.

Plan de sécurisation et de modernisation

Un plan de sécurisation et de modernisation des infrastructures a été mené en parallèle à ce plan de développement. Il a donné lieu, depuis 2007, à différents ouvrages, parmi lesquels :

  • la construction d’un nouveau bâtiment HQE (Haute qualité environnementale) : destiné à accueillir les bureaux et la salle de contrôle, il est construit en limite du site pour garantir au personnel un haut niveau de protection ;
  • le remplacement d’anciens puits par le forage de nouveaux qui possèdent une double barrière de sécurité et qui intègrent les technologies les plus récentes ;
  • la modification des unités de déshydratation (régénération TEG) du centre de Lussagnet, ainsi que d’un nouveau système de décompression d’urgence
  • Le remplacement d’anciens compresseurs par deux nouveaux présentant une efficacité énergétique supérieure

Ces différents projets contribuent à garantir aux clients :

  • un haut niveau de disponibilité des installations de stockage ;
  • une qualité de service élevée.

Carte des installations

Liste des territoires Teréga des 15 départements du Sud-Ouest

EN Standard TEREGA : 0 559 133 400EN Urgence Gaz : 0 800 028 800

l'énergie est notre avenir, économisons-la !Copyright ©2018 TEREGA. Plan du siteGlossaireMentions légalesCrédits